Vous êtes ici : Accueil Actualités La presse en parle LGV Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax : près de 300 personnes mobilisées contre le projet en Sud-Gironde

LGV Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax : près de 300 personnes mobilisées contre le projet en Sud-Gironde
Envoyer Imprimer PDF

21 avril 2024- Sud Ouest

Vidéo. LGV Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax : près de 300 personnes mobilisées contre le projet en Sud-Gironde

Le collectif LGV Non merci a défilé de la gare de Cadaujac jusqu’au lac de Calot.© Crédit photo : Jean-Maurice Chacun/SO

Plusieurs collectifs d’opposants au Grand Projet du Sud-Ouest (GPSO) se sont réunis à la gare SNCF de Cadaujac ce samedi. Ils espèrent toujours faire reculer les pouvoirs publics en dénonçant un non-sens écologique et financier

Le projet est déjà bien lancé.Mais pour eux, la lutte n’est pas encore perdue. Près de 300 personnes étaient réunies ce samedi 20 avril, à 14 heures, à la gare de Cadaujac, près de Bordeaux, pour manifester contre la Ligne grande vitesse (LGV) Bordeaux - Toulouse et Bordeaux - Dax, à l’appel du collectif LGV Non merci, qui regroupe une vingtaine de collectifs locaux. Elles ont montré leur opposition de manière festive, avec des masques colorés, de la musique et une marche de 2 kilomètres le long de la ligne ferroviaire de la gare jusqu’au lac de Calot, s’arrêtant en chemin devant d’anciennes maisons détruites pour le projet.

Elles espèrent faire reculer les pouvoirs publics avec, en ligne de mire, Alain Rousset, président de la Région Nouvelle-Aquitaine, Carole Delga, présidente de la Région Occitanie, et SNCF Réseau, qui défendent ce Grand Projet du Sud-Ouest (GPSO). Ces derniers misent sur la LGV pour désenclaver les territoires, réduire le trafic routier, notamment celui des camions sur l’autoroute avec le développement du fret, et favoriser des déplacements plus rapides.

Les manifestants ont brandi des pancartes et symbolisé la destruction écologique par une tortue.

Les manifestants ont brandi des pancartes et symbolisé la destruction écologique par une tortue.

Jean-Maurice Chacun/SO

Mais les opposants, principalement des ruraux, s’estiment lésés. « D’abord parce que nous ne bénéficierons pas de cette ligne, car il n’y aura que deux arrêts entre Bordeaux et Toulouse, dont un construit dans une nouvelle gare à Agen alors qu’il en existe déjà une. Ils prétendent que c’est un projet d’utilité publique mais très peu de personnes utiliseront ce service, qui sera pour les cadres et les Métropolitains », peste Nathalie, membre du collectifLGV Nina,derrière son stand de prospectus. « Ce sont les citoyens et les riverains qui financeront une grande partie du projet, via la taxe spéciale d’équipement (TSE), avec laquelle les collectivités locales s’engagent à payer les éventuels dépassements, et on sait qu’il y en aura », estime-t-elle.

Près de 300 personnes ont défilé à Cadaujac, masquées ou pas, ce samedi 20 avril.Près de 300 personnes ont défilé à Cadaujac, masquées ou pas, ce samedi 20 avril.
Jean-Maurice Chacun/SO
 
Coût financier et écologique

Le projet, dont la dernière évaluation remonte à 2020, est estimé à 14 milliards d’euros, sans compter les frais de gestion. L’Union européenne s’était engagée à financer 20 % mais elle est encore loin du compte. Les opposants craignent que la facture s’alourdisse pour les collectivités. « C’est un non-sens. Plutôt que de dépenser cet argent pourréaménager les lignes TER existantes qui sont en piteux état, ils préfèrent mettre des millionspour gagner quelques minutes entre deux grandes villes », regrette Léonie. « Nous ne sommes pas opposés au train, nous préférons qu’ils investissent dans le train du quotidien, qui a une vraie utilité publique », martèle-t-elle au micro sous les applaudissements.

Léonie, membre du collectif LGV Desrailha, situé dans le Réolais, en Sud-Gironde.

Léonie, membre du collectif LGV Desrailha, situé dans le Réolais, en Sud-Gironde.

Jean-Maurice Chacun/SO
 

Claude, un autre militant de LGV Nina, déplore aussi « la destruction de la vallée du Ciron et des zones humides sur le tracé, qui font vivre l’une des plus anciennes forêts de hêtres en Europe. C’est tout le bassin-versant qui serait impacté ». « Et pour construire cette ligne de 25 mètres de large, ils agrandissentdes gravières comme à Saint-Michel-de-Rieufret.Notre combat est aussi écologique », ajoute-t-il. La mobilisation s’est terminée par une balade naturaliste autour du lac de Calot vers 18 heures.

 
 
 

Dernières nouvelles




LGV Bordeaux-Toulouse-Dax : l’enquête publique sur les aménagements ferroviaires au sud de Bordeaux reportée


Cadaujac : une réunion tendue au sujet de la LGV Bordeaux-Toulouse


Vianne 18 juin Réunion Publique


Pour ou contre la LGV Bordeaux-Toulouse-Dax ? « La population doit trancher pour clore ce débat interminable »


"La LGV Bordeaux-Toulouse-Dax, un sondage façon Poutine ?"


LGV en Lot-et-Garonne : « Si tu mets un âne à Toulouse et que tu lui dis d’aller à Paris, il ne passera pas par Bordeaux »


Castelmoron-sur-Lot : « Ici, on paiera la taxe LGV pendant 40 ans ! »


Ligne à grande vitesse Bordeaux-Toulouse : c’est l’Europe qui arbitrera


Lot-et-Garonne : nouveau week-end de mobilisation pour les anti-LGV


Sarabande : convoi du Lot et Garonne contre les LGV du Sud-Ouest


L’artificialisation des sols se poursuit à un niveau élevé en France


Les opposants à la LGV Bordeaux-Espagne revendiquent la pose de 700 panneaux en Gironde et Lot-et-Garonne


La SNCF priée de justifier l'intérêt des aménagements ferroviaires au sud de Bordeaux


"Monsieur le ministre, confirmez-vous ce scénario inacceptable ?", interpelle le Sénateur du Lot, suite aux défaillances des futurs trains de la ligne POLT


Fin de l’occupation de la ferme à Cadaujac par les opposants à la LGV


Lyon-Turin


Manif Cadeaujac suite


Sur le même sujet Manifestation Cadaujac


LGV Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax : près de 300 personnes mobilisées contre le projet en Sud-Gironde


Le TGV en Albret dépose un recours
Copyright © 2009 Association Très Grande Vigilance en Albret - Réalisation Bulle Communication.